"La haie naturelle Limousine, la connaître pour mieux la protéger"

Dès que l'homme a commencé à défricher la forêt, aux temps néolithiques, pour organiser son agriculture et son élevage, la haie a dû apparaître dans les nouveaux paysages ainsi créés. Sans l'homme, la haie n'existerait pas.

Pour clore, de tout temps, on installa une palissage (rondins palntés verticalement, entrelacs de branches sur des poteaux espacés...) et progressivement, des barrières naturelles ont commencé à se dresser.

L'étroite bande de terre qui sépare deux parcelles s'est peuplée de plantes sauvages qui poussaient, ainsi, sur une zone épargnée par les activités agricoles (labours notamment). Avec le temps, les arbustes puis les arbres ont complété la végétation herbacée : la haie est une reconquête de la végétation naturelle.

De nos jours, on peut assister à la formation spontanée de haies nouvelles. Mais cette formation est bien loin de compenser la disparition très rapide de la plupart des zones rurales du Limousin. L'évolution de l'agriculture se traduit par l'intensification des cultures, la mécanisation croissante et l'agrandissement de la taille des exploitations agricoles. Pourtant, alors que les haies naturelles disparaissent, nous prenons peu à peu conscience de leur importance en terme d'agronomie, de climat, de paysage et de protection des eaux et des sols. Leur importance dans la maintien de la biodiversité en milieu agricole est capitale : réservoir pour de nombreuses espèces, elles jouent aussi le rôle de corridor écologique.

Structure de la haie naturelle

C'est dans les anciennes haies que l'on dénombre le plus d'espèces végétales.

Les plantes ligneuses (arbres, arbustes, lianes) sont le plus souvent d'origine forestière mais parfois plantées par l'homme (arbres fruitiers).

Les plantes herbacées, plutôt adaptées à des milieux ouverts (graminées...) et souvent menacées, trouvent ici un refuge contre les désherbants et la dent des grands herbivores.
haie
 

Rôles écologiques

La haie, le sol et l'eau

Grâce à leurs racines, à l'humus qu'elles produisent, à l'obstacle qu'elles constituent sur les pentes, les haies absorbent l'eau tombée en excès lors de fortes précipitations réduisant ainsi les risques d'inondations et la restituent pendant les périodes de sécheresse en atténuant ses effets. Elles ont donc un rôle régulateur.

Elles favorisent la pénétration des eaux jusqu'aux nappes phréatiques profondes.

Dans les zones de "grande culture", les haies bordant des rivières absorbent aussi une partie de l'excès de nitrates contenus dans l'eau.

eau

La haie, l'air et l'eau

Dans les régions bocagères, les haies vont servir de réserve d'eau qui sera restituée en partie  dans l'air au cours de l'évapotranspiration des végétaux. Cette humidité se retrouvera sur les cultures sous forme de rosée matinale (c'est souvent le seul apport d'eau en période de sécheresse).

Par son action de brise-vent, la haie va diminuer considérablement l'action asséchante du vent sur les cultures, dont le seul moyen de défense, est la fermeture des stomates (petits pores, sur les feuilles, par lesquels se font les échanges gazeux) ce qui ralentit d'autant leur croissance


evaporationzone-protegee

La haie, le sol et l'air

En absorbant la chaleur que le sol réverbère durant la journée, la haie, telle un radiateur, en restitue une partie pendant la nuit, atténuant ainsi le refroidissement nocturne.

Utile dans le domaine de l'agriculture (relative protection contre les gelées), cette action l'est aussi pour le confort des habitants d'une région bocagère (adoucissement des effets du climat continental).
jour-nuit

L'homme et la haie

Pendant très longtemps, la haie fut directement exploitée et utilisée par l'homme pour de multiples besoins :

  • source de bois d'oeuvre
  • production de bois de chauffage et de fagots
  • source de nourriture
  • lieu privilégié pour la cueillette des champignons
  • protection des habitations
  • rôle sanitaire (elles ralentissent la progression de certains parasites agricoles)
  • Rôle esthétique

La haie et les animaux domestiques

Qu'il fasse chaud ou froid, les animaux domestiques (vaches, moutons, chevaux...) trouvent auprès de la haie des conditions climatiques ayant une incidence reconnue sur leur santé, donc sur leur production (lait, viande).

En période de sécheresse, certains arbres de la haie pourront être émondés (frênes, noisetiers...) pour leur servir de nourriture.

La haie et les animaux sauvages

Elle joue un rôle prépondérant dans la richesse de la faune sauvage d'une région. Les animaux y trouvent un lieu pour s'abriter , circuler, pour se reproduite et se nourrir.

  • S'abriter dans la haie : nombreux sont les animaux qui trouvent refuge dans la haie pour se protéger des prédateurs en attendant un moment propice pour aller manger dans les prés ou pour s'y reposer entre 2 périodes de chasse.
  • Circuler dans la haie : préférant éviter la traversée d'espaces à découverts, certains animaux utilisent le maillage de haies pour aller et venir d'un lieu à un autre.
  • Se reproduire dans la haie : c'est un lieu idéal pour y installer son nid ou son gîte. Plus de 50 sortes d'oiseaux nichent régulièrement dans le bocage.  De nombreux mammifères y trouvent aussi le calme nécessaire.
  • Se nourrir dans la haie : productrice de plantes et de fruits, elle offre une quantité importante de nourriture à toute une catégorie d'animaux végétariens qui serviront eux-mêmes de nourriture à des consommateurs secondaires et prédateurs insectivores ou carnivoires.
 
En savoir plus

"La haie Naturelle Limousine" brochure sur demande à Limousin Nature Environnement